Catalogue

 

Médiathèque René-Fallet

10, allée Mozart

01 56 87 13 40

Mardi : 16h - 18h

Mercredi : 9h - 18h

Jeudi : 15h - 18h

Vendredi : 16h - 19h

Samedi : 9h - 18h

 

Médiathèque Jean-Ferrat

53, rue de Paris

01 45 95 09 65

Mardi : 16h - 18h

Mercredi : 9h - 18h

Jeudi : 15h - 18h

Vendredi : 16h - 19h

Samedi : 9h - 18h

 

Médiabus

06 09 26 95 02

Bois Matar : Mardi : 16h15-18h

Triage : Mercredi : 14h-16h

Cité  Sellier : Vendredi : 16h15-18h


 
La fermeture des médiathèques est avancée d'une heure les veilles de jours fériés.

Partager "Horaires accueil" sur facebookPartager "Horaires accueil" sur twitterLien permanent
AccueilCritiques rédigées par Albane

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Albane

 

Octobre (Soren Sveistrup)

note: 4634 pages... d'angoisse Albane - 11 septembre 2019

Créateur de la série mythique, The Killing, ,Soren Sveistrup, invite le lecteur à pénétrer au cœur d'une enquête policière complexe dont chaque piste aboutit à un fiasco ou une débâcle, où les pressions du pouvoir et les rivalités entre policiers sont omniprésentes. Chapitres courts qui vous laissent toujours sur une phase ascendante vous obligeant à enchaîner pour connaître la suite de l’intrigue. Cette dernière est le deuxième point fort du livre. Le lecteur est face à des crimes odieux: de jeunes mères de famille sont assassinées et mutilées sauvagement. Mais qu’ont-elles en commun? Plus on avance dans l’intrigue, plus on pénètre dans des affaires sombres et violentes. Et puis, il y a ce mystérieux tueur qui a toujours un coup d’avance sur la police, narguant les inspecteurs avec ces petits bonhommes en marrons, brouillant les pistes avec les empreintes d’une jeune adolescente disparue et présumée morte.
Sveistrup joue avec les nerfs du lecteur et jusqu’au bout, nous n’avons aucun soupçon quant à l’identité du tueur. Ces 634 pages tiennent vraiment toute leur promesse.

Vox (Christina Dalcher)

note: 5Glaçant...mais pas impossible Albane - 24 juillet 2019

Imaginez un futur potentiellement pas si lointain, où les Etats-Unis auraient à leur tête un groupe fondamentaliste prônant la pureté de la société. Avec ce retour de la suprématie chrétienne, blanche et patriarcale, l'homosexualité est de nouveau une maladie à éradiquer, les femmes ne travaillent plus et sont sous l’autorité de leur mari et grande nouveauté: tout individu de sexe féminin se voit équipé dès la naissance d'une bracelet (dont on peut choisir la couleur…)qui contrôle un quota de 100 mots quotidiens à ne pas dépasser sous peine de décharge électrique... Le plus perturbant dans ce roman, est à quel point cette situation ne nous semble pas si impossible. Il nous rappelle aussi que Notre voix est importante; il ne faut en aucun cas laisser quelqu'un nous l'enlever....

Retour Haut